Monographie

Version imprimableSend by emailversion PDF
Définition: 

Maladie parasitaire transmissible à l’homme, cosmopolite, étroitement corrélée aux conditions d’hygiène, elle est le plus souvent raportée dans les pays en voie de développement.

Situation dans les Amériques: 

Cette maladie est actuellement rapportée en Amérique centrale et du sud (Mexique, Guatemala, Equateur, Honduras, Bolivie, Pérou, Brésil), en Afrique (Sénégal, Bénin, Côte d'Ivoire, Togo, Ghana, Burkina-Faso, Nigeria, RDC, Cameroun, Burundi, Kenya, Rwanda, Tanzanie, Ouganda, Mozambique, Zimbabwe, Afrique du sud), dans l'Océan Indien (Madagascar, Ile de La Réunion), en Asie (Indonésie, Inde, Vietnam, Cambodge, Laos, Corée, Chine, Népal, Mongolie, Philippines, Myanmar). La cysticercose à été éradiquée en Europe au début du XXème siècle, sauf dans quelques pays de l'Europe de l'est et au Portugal.

Espèces sensibles: 

Majoritairement bovins, porcins et homme. En fait, l’ensemble des vertébrés sont potentiellement des espèces sensibles.

Agent pathogène / éthiologie: 

Les ténias, taenia saginata et taenia solium, sont des vers plat ou Cestodes appartenant aux Plathelminthes.

Les stades larvaires de ces deux vers sont appelées des cysticerques, elles sont hébergées par des hôtes intermédiaires, les bovins pour taenia saginata et les porcins pour taenia solium. Ces deux stades larvaires sont infestants pour l’homme (hôte définitif) où ils déterminent la taeniase.

Cependant, il est possible que l’homme devienne un hôte intermédiaire (seulement pour taenia solium), les cysticerques provoquent alors une cysticercose.

Mode de transmission
objectifs et organisation
Sources: 

La viande de porc ladre, les fécès contaminés, nourriture ou eaux contaminées.

Transmission: 

L’infestation du porc est facilitée par ses habitudes coprophages, les conditions d’hygiène défectueuses et surtout les systèmes précaires d’élevage dans lesquels les porcs ont facilement accès aux fèces humains.

L’homme contracte la cysticercose en ingérant des cysticerques contenus dans de la viande de porc crue ou insuffisamment cuite.

Mode de contamination: 

Par ingestion d’œufs ou d’aliments contaminés.

Symptômes: 

Les cysticerques sont observés dans l’ensemble des organes de l’homme ou de l’animal. Cependant, ils paraissent plus souvent localisés dans les tissus sous cutanés, dans les muscles, au niveau des yeux et dans le cerveau (neurocysticercose).

 

Chez les porcs :

Le plus souvent asymptomatique, cette maladie peut provoquer des modifications de l’appétit (boulimie, anorexie) chez les animaux ainsi que des douleurs abdominales accompagnées de diarrhées et/ou de vomissements.

 

Chez l’homme :

Les symptômes provoqués par les cysticerques sont divers en fonction de la localisation et de la densité des parasites. Le cysticerque se présente dans les tissus comme un kyste, rempli de liquide, à paroi mince et translucide. Pour accomplir son cycle biologique, le cysticerque doit survivre dans le tissu de son hôte pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Morphologiquement, on distingue quatre étapes de développement et de régression du cysticerque :

- Stade vésiculaire où le cysticerque est viable, ce stade n'engendre que peu de réponse inflammatoire de la part de l'hôte,

- Stade vésiculaire colloïdal correspondant à la nécrose du parasite associée à un processus inflammatoire,

- Stade nodulaire granulaire : le kyste se rétracte, son contenu se minéralise et tend à apparaître granulaire,

- Stade nodulaire calcifié : le matériel granulaire du stade précédent devient complètement minéralisé. Le cysticerque nodulaire calcifié est petit, environ le tiers ou le quart du cysticerque vésiculaire.

Diagnostique
objectifs et organisation
Diagnostique clinique: 

Cysticercose humaine :

Le diagnostic des porteurs de Taenia solium  est surtout limité à  la présence d’œufs et/ou de proglottis dans les matières fécales par examen coprologique classique. Cependant, des méthodes immunologiques plus sensibles ont été récemment développées comme l’ELISA pour détection des copro-antigènes et l’Immunoblot. De nos jours, le diagnostic spécifique de la taeniase est possible grâce à la technique de la PCR.

L’EITB, L’ELISA, l’immunoélectrophorèse, l’hémagglutination indirecte  sont largement utilisés pour le diagnostic sérologique de la cysticercose humaine. Des tests ELISA à base d’anticorps monoclonaux pour la détection d’antigènes circulants de Taenia saginata, développés pour la cysticercose bovine, se sont révélés performants pour détecter la maladie chez l'homme. Ces tests ont l’avantage de différencier les infestations actives des anciennes infestations.

 

Cysticercose porcine :

Présence d’œufs et/ou de proglottis dans les matières fécales par examen coprologique classique. Une autre technique dite du "langueyage" peut être utilisée: elle consiste à palper et à identifier les kystes de Taenia solium sur la face inférieure de la langue. Il est possible d’inspecter les carcasses de viande pour une recherche des kystes provoqués par ce ver.

Traitement: 

Il n’existe pas de traitement chez les porcs. Chez l’homme deux traitements cestocides peuvent être administrés :

-  Le praziquantel (BILTRICIDE®), présenté en comprimés quadri-sécables, dosés à 600 mg. La posologie est de 50 mg/kg/j en 2 prises, en cures de 15 jours.

- L’albendazole (ZENTEL®), présenté en comprimés dosés à 200 mg ou en suspension buvable dosée à 100 mg par cuillère à café (flacon de 20 ml contenant 400 mg d’albendazole). La posologie est de 15 mg/kg/j en cures de 15 jours.

Prophylaxie: 

Prophylaxie sanitaire

- Suppression de la source de contamination humaine par la recherche systématique des œufs ou des anneaux, essai de traitement systématique, aménagement de latrines et conseil d’hygiène alimentaire.

- Surveillance des porcs par la recherche de cysticerques lors de l’abattage, interdiction de divagation des porcs et amélioration des techniques d’élevage.

Vaccins : 

Vaccins développés à l’aide d’antigènes de Taenia solium.


Nouveaux sujets

Syndication